Héhéhé, comme les blogs sont les nouveaux lieux du narcissisme commun et humain, je succombe à la tare partagée de mes semblables et vous montre le petit tableau que j'ai peint pour fêter les Octantes ans de ma Manée !
Au passage, encore merci pour le succulent déjeuner chez Joël (que mon balou Tiri a lapsusé en Reblochon en s'adressant sérieusement à Mamounette, Tiri finissant en un fou rire difficilement contenable, un peu trop grisé par l'exquis vin, dit-il pour se justifier ! Un grand moment...)

Bref, revenons à nos moutons (ou mieux, à ceux de ma grand'soeur Kaloo ! ) et voilà donc ma pâle copie (et simplifiée pour cause de grand amateurisme de ma part, rendant impossibles à réaliser convenablement certains détails de l'original, comme le manteau pendu derrière la femme centrale) d'un sublime tableau d'Edward Hopper, intitulé "Chop Suey" (1929).

tablo_laura_oct_2007


Je vous invite à jeter un oeil à l'original du grand peintre (je n'ose pas le mettre à coté du mien, la comparaison gâcherait tout plaisir narcissique ! ;) ), et également à sa deuxième oeuvre que j'admire totalement, qu'est le "New York Movie" (1939), ci-dessous.

hopper

Pour le reste de ses oeuvres, j'avoue que je ne suis pas particulièrement, mais j'apprécie beaucoup l'ambiance propre à Hopper, entre surréalisme et hyper-réalisme, avec sa dose de mélancolie nostalgique douceureuse. Et des couleurs maniées avec génie.

Petite pause. Je viens de jeter un oeil sur Wikipédia à propos de Hopper, et je ne me suis donc pas trompée sur l'ambiance imprimée par ce peintre et graveur américain (1882-1967): "Une grande partie de l’œuvre de Hopper exprime la nostalgie d’une Amérique passée, ainsi que le conflit entre nature et monde moderne. Ses personnages sont le plus souvent esseulés et mélancoliques."