Gratt' pap

25 juin 2009

Nabouououou !!

Eh oui, encore un Nabou à gagner chez Kallou alors je tente à nouveau ma chance !

Si ça vous dit aussi, c'est par ici :

naboucollector2

Posté par Melancholya à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 février 2009

Trophée, tu m'appartiens !!!

Guère le temps de m'étendre en bafouillages mais je tente ma chance car je veux trop serrer cette bouille de mouton dans mes bras et la suspendre dans ma chambrette !!   I WANT YOU !!!!

Vous aussi ? C'est ici :

wanted

Posté par Melancholya à 19:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 décembre 2008

Nabou, tu es à moi !!!

Kallou, grande prêtresse des bestioles bariolées et autant rigolotes qu'étranges, propose de gagner un Nabou collector. Alors je ressuscite ce blog quelque peu délaissé pour pouvoir participer au concours.
Voici donc que les Nabous ont le pouvoir de réveiller les endormis ! C'est sûr, avec ce bleu turquoise flashy à point et cette taille impressionnante, qui pourrait rester de marbre ? Certainement pas moi, car je le dis haut et fort, JE VEUX ce Nabou !!! Il est à moiiiiii !!!

Mais, au fait.... qui sont les Nabous ?


Après de longues et minutieuses recherches à la bibliothèque San Feeria y Legendias, voici, en exclusivité pour vous, ce que j'ai trouvé.

Les Nabous sont une fascinante tribu d'un lointain pays tropical, dirigé actuellement par le fameux Nabouchodonosor (certains n'hésitent pas à affirmer que Kallou l'aurait rencontré lors d'un voyage qui changea sa vie...mais nul ne sait où précisement...)

On raconte que l'ancêtre des Nabous aimait regarder les rares arcs en ciel apparaissant à la saison des pluies et qu'il réussit un jour à réaliser son rêve : monter dessus pour faire du toboggan. Heureux de cette trouvaille, il invita tous les autres Nabous de la tribu à venir tobboguer avec lui et chaque Nabou ressortait de la glissade avec une couleur différente, toutes plus belles et plus pures les unes que les autres. Les Nabous tirèrent leur puissance de leur couleur unique et différente pour chacun et ils atteignirent leur apogée au Xème siècle, siècle mythique que les historiens appelle "âge de raison".
La légende dit même que si l'on réussit à rassembler tous les Nabous ensemble en formant un arc en ciel parfait, on obtiendrait LA couleur, celle qui offre un pouvoir inégalable mais tenu secret. Jamais il ne fut dévoilé.
Diverses hypothèses concernant ce pouvoir magique sont discutées par les plus grands historiens, anthropologues et même alchimistes. La plus probable serait que ce rassemblement de Nabous pourrait permettre de garder à jamais un esprit d'enfant...

Le secret de Kallou et de sa rencontre avec Nabouchodonosor serait-il qu'elle a trouvé LA couleur et qu'elle dispose désormais de ce pouvoir incroyable ?

... allez donc vous faire une idée vous même chez elle !

33247408_p

Posté par Melancholya à 19:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

30 juin 2008

Mange disque

Voici un petit bricolage consistant à transformer une vieille table en bois Ikea, abîmée et tristoune, en une table disque vinyle ! Après moultes réflexions, c'est la galette des Beatles "An apple record" (le célèbre disque bleu) qui a été choisie [l'occasion de se rendre compte que sur les deux vinyles de l'album, le 2ème est en fait Ziggy Stardust... où comment se faire avoir en brocante...!]

Bref, opération ponçage, puis sous-couche à bois blanche, puis Tiri l'artiste qui nous reproduit le centre du vinyle (à main levée et au pinceau, y compris l'écriture, siouplé !) à la peinture acrylique, tandis que je peins le tour en laque glycéro noire. Pour finir, quelques couches de vernis et voilà le résultat : une table à manger qu'on ose plus manger dessus ;) !!

DSCN1969DSCN1971

Posté par Melancholya à 18:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Trésors de chine...

Six mois plus tard... le retour de Melancholia après sa longue hibernation ! Quelques petites nouvelles donc, et d'abord un article de saison, non pas sur les soldes (mais presque!), mais sur les vides-greniers qui fleurissent sous le soleil de l'été parisien.

Ah, les doux dimanches de vide-greniers qui rendent le Paris du mois de juin presque convivial... l'ambiance festive, les ballons, les enfants qui engloutissent des barbapapa roses (mais qui vendent aussi leurs jouets !), les merguez qui fument, une rythme africain au loin... et l'impression grisante d'être à une chasse au trésor imprévisible.

Nous avons démarré la saison avec la brocante du 14ème, rue Raymond Losserand, très agréable et fournie, où Tiri a pu commencer avec succès sa collec' de vieux vinyles rock (la chance des débutants quoi).

Week-end suivant, brocante du 3ème, pas terrible, trop boboïsante à notre goût, on se sent pas à l'aise et trop de professionnels ... déçus, mais pas vaincus !

On poursuit le samedi suivant avec un petit vide-grenier de quartier, au Parc George Brassens, et c'est surtout l'occasion de fouiner au Marché aux Livres Anciens où Tiri, le bibliovore, vient faire son stock de livres de poches pour pas cher. On craque au passage sur un vieux Mickey, mais à 40 euros, on passe son chemin...DSCN1995


Rendez-vous est pris la semaine d'après pour la grande brocante de la Butte aux Cailles, à l'ambiance très sympathique où nous avons déniché quelques trésors dont ce tableau marchandé par Papou et plus tard, une théière Disney rétro !

DSCN1972DSCN1974



DSCN1999Enfin, sans doute la dernière brocante de la saison hier, boulevard Arago dans le 13ème, où le hasard m'a guidé vers un sac de peluches et où j'ai pu dénicher et recueillir un nouveau Coco Lapin baptisé Flapi, bicoze il est tout dégingandé, mais tellement mignon  ! 

Mais... chut, il fait connaissance avec ses nouveaux zamis ...!

DSCN2001

 

Posté par Melancholya à 18:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


26 décembre 2007

Noël, on est prêt !

Vous aviez vu le sapin bien esseulé, le voici à la veille de Noël tout envahi de cadeaux.... Papa Noël, prend un grand traineau pour amener tout ça à la Roche sur Yon (où les festivités se dérouleront cette année chez les Tiri&Co)


DSCN1880

Question cadeaux justement, j'ai choisi de confectionner quelques petits délices d'hiver, faits maison et faits main, le tout rangé dans de zolies boites décorées par mes soins en Décopatch (collages de papier et serviettes), peinture, feutrine, pots en verre décorés à la peinture vitrail et cerne or etc.

Arghhh... malheureusement, dans la précipitation de ces préparatifs de dernière minute (nous partions dimanche matin, et j'ai fait le tout vendredi et samedi, à un rythme effréné ! ), j'ai oublié de prendre en photo les-dites boites, je ne pourrai donc rien vous en montrer...sniff...mais elles ont été appréciées et même conservées une fois vidées, donc elles ne devaient pas être trop ratées !

Par contre, vous verrez mes assortiments de Trufffes chocolats, Rochers cocos, Petits carrés pralinés, et autres Sablés diamants (recette Lenôtre, svp), et enfin des Cantuccini (biscuits italiens croquants aux amandes, à déguster au café)...
Ils furent de même dévorés assez vite. Sans compter le petit pot de "Confiture de Gnons", étiqueté et illustré par Tiri (recette au vin rouge et beaucoup de larmes à éplucher un kilo d'oignons), accompagnant à merveille le foie gras du réveillon, il parait (ben oui, je n'aime pas le foie gras, donc je ne peux vous en donner mon appréciation personnelle)...

DSCN1891DSCN1897

DSCN1892

DSCN1893


Posté par Melancholya à 14:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 décembre 2007

Enfin de retour !

Pfiouuu, ça faisait un petit moment que je ne suis pas passée par ici, et pour cause...

Le mois de décembre est toujours très sportif ou plutôt cirquesque, si j'ose dire, puisque je dois jongler entre les courses de Noël, mon anniversaire (voui, à fêter plusieurs fois ! ), les exams (tous juste finis pour la 1ère salve) et la fatigue de l'hiver et gnagnagna et gnagnagni, vous connaissez...

Bref, point de répit et guère de temps pour bloguer. Mais me voilà de retour (pour un court retour car la course continue dès ce week-end annonçant les fêtes et un mois de janvier plein de révisions pour de nouveaux exams sans oublier un mémoire à avancer...gloupps) !

Alors, déjà je comptais (ou contais) raconter ma petite vie, et donc annoncer à la terre entière -oh magie du Web - que je viens d'atteindre mes 24 ans ! Et pour l'occasion, j'ai eu le droit à un repas entièrement concocté par Tiri, et là, c'est l'interloquement (encore un néologisme, j'adore) !!!

Quoi ?!!!! Tiri qui ne savait même pas il y a peu de temps qu'il fallait faire bouillir l'eau avant d'y mettre les pâtes, s'est mis en cuisine pour préparer pour un repas complet ?!!! Eh oui, point de mensonge, pas de Mr. Picard en aide, rien, tout seul, comme un grand toqué, et le plus surprenant pour les mauvaises langues, c'est que ce fut un diner absolument délicieux... miammm !!! Du coup, vu la rareté de ce phénomène (pas que le diner soit délicieux, mais que ce soit Tiri qui le fasse, hihi), j'ai même pris des photos comme preuves... les voici, avec dans l'ordre la "Timboule royale", le "Chalans mais champi" et les "Choc oh là là fondant à coeur"... Je vous laisse savourer ces plats "100% Marmiton, ce que c'est bon ! "

timboulechalan_champiramequin_choco

 

Quant aux cadeaux, je fus gâtée comme jamais, avec une très jolie paire de boucles d'oreilles des Néréides, un beau livre sur les villages d'Italie vu du ciel (mama mia, il faudra aller véirifer cela sur place un jour ! ) et un livre clin d'oeil "Liberté pour les ours" de John Irving [best seller de 1968, ndlr pour Rocknrol ;)]... moi qui aime tant les poohs, blancs ou jaunes à tee shirt rouge !

bouclesvill

Notez que je ne fus pas en reste lors de la festivité familiale célébrant le même événement, repas délicieux aussi concocté par maman cette fois, et cadeaux tttrrrropppp bien ! Merci donc pour cette drolissime nouvelle BD du Chat, cette jolie montre Swatch, et pour les images bien sûr et enfin, last but not least, la jolie jonque à jonquilles du Mouton Doré !!!

Hip hip hipppsss, hourrraa !!!

Posté par Melancholya à 14:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 décembre 2007

Drôle de sapin !

Tin tin tin !!! Me revoici pour continuer mon fil consacré à la déco de Noël "made in avec vos mimines". Et oui, nous sommes déjà le 2 décembre et la tempête dehors nous le rappelle... donc bientôt Noël, vite, vite, faut se dépêcher !!
Et cette fois ci, a' y est, j'ai fini mon petit bricolage du dimanche (voui, car bon, soyons honnête, ça n'a rien de transcendant, mais l'essentiel c'est de s'amuser, hein !).

Ainsi, mon sapin sobre en carton ici est devenu cela, grâce à du papier kraft vert, de la bombe dorée, de la neige en pschitt, des paillettes, des sujets de déco en carton peints à l'acrylique, plus quelques petits cadeaux, une guirlande et une boule tous récupérés du sapin miniature de l'année dernière [qui a péri sur notre balcon, vaincu par l'air frais d'une avenue parisienne très passante en vroums....et par ma main trop verte ....!;)  ]. Bref, pour pas plus de 10 euros, ça a donné ça :

DSCN1852DSCN1859

* Les plus observateurs sauront reconnaître deux individus protégés par votre serviteuse, mais tous deux bien fous, l'un se prenant pour un écureuil, l'autre pour le père Noël... !

....Eh oui !!!!!!  Le moment est venu de dévoiler enfin à tous mon 1er cadeau blog, le chibi de Noël gagné chez Kalou !

DSCN1848Mon paquet tant attendu (et longuemment attendu cause grèves) contenait une dôle de bestiole accompagnée de son mode d'emploi :





DSCN1853

Et le voici enfin en photo, trônant sur des sommets vertigineux, prêt à assommer le père Noël avec son cadeau disco, gnark gnark !!!

Alors, un grand merki à Kalou !!! Hip hip hip, houraaaa !


Posté par Melancholya à 18:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 novembre 2007

Subtilités du temps... on est d-é-g-o-u-t-é-s

fond_nav_haut

Voici un jour comme on les exècre, les jours de poisse, de loose, de ce que vous voulez... Ok, l'objet du délit n'est qu'un jeu mais quand même (Kalou qui y a laissé de la sueur ne me contredira pas).

Résumons : fidèles des chasses au trésor organisées par la désormais renommée Ma Langue au Chat, nous nous sommes engagés depuis un mois dans un remue-méninges intense et bouillonnant pour résoudre les énigmes préliminaires du Varilux Code.

Énigme 1, trouvée facilement (par votre serviteuse).

Énigme 2, résolue plus difficilement, mais percée grâce au hasard de nos moultes recherches sur le Web (trouvé par le Tiri de votre serviteuse).

Énigme 3, là ça se corse, on a partiellement trouvé mais on piétine longtemps et finalement la solution viendra par l'aide d'un forum consacré au Varilux Code; enfin, énigme finale, tant attendue, pouvant nous ouvrir le coffre d' un trésor de bijoux luxueux... et là, c'est la soeur de votre serviteuse qui brille : Kalou trouve la réponse !!!

Alors, jusque là en effet, c'était plutôt "trop de la balle" comme on aurait dit au collège... Sauf que, sauf que... le règlement du jeu se présentait ainsi : "Les participants inscris à la grande chasse au trésor Varilux Code seront informés par email qu'ils pourront se connecter le 23 novembre à minuit pour donner leur réponse à la phrase mystère. A partir de cette date, les gagnants seront ceux qui répondront le plus rapidement à la phrase mystère"

Ok, donc nous, hier soir, jeudi 22 novembre, on s'endort tranquillement, attendant le lendemain soir, vendredi 23, minuit, pour poster notre réponse.

Et là, ce matin, tonnerre de Brest de milles millions de milles sabords !!!!! Pleins de gens du forum consulté précédemment se félicitent, se congratulent, ils ont trouvé la solution finale et vienne de la poster, à minuit ou peu après. Hier soir...  Car le 23 novembre minuit signifiait en fait, le matin du 23 novembre à 0h00, et non le soir du 23 novembre à partir de 23h59 comme on le pensait...!

Vous imaginez...: anéantissement total, espoirs envolés, on se sent dupés, idiots, c'est pas juste, ouuinnn... un trésor encore raté d'un cheveu dans des circonstances absurdes. Pfffff !

bebe_162

 

Posté par Melancholya à 15:24 - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 novembre 2007

Voyage en adolescence : mais où sont les psys ?

A la une ce matin des journaux du Web (pas en kiosque pour cause de grève*), un rapport alarmant sur la santé psychique de nos adolescents. Bien, bien, me dis-je, tout en restant sur mes gardes. Pour cause, en lisant différents articles de très honorables journaux (Le Monde, Libération ou l'Express entre autres), je ne peux m'empêcher de me sentir des plus mitigées... Quoi ?!!! Vous me direz -connaissant mon statut d'étudiante en psycho particulièrement sensible à la problématique adolescente- mais elle n'est jamais contente celle là ! On parle enfin de la souffrance mentale des ados et elle rechigne à se reconnaître satisfaite ?

Photo : Paranoïd Park - Film de Gus Van Sant, 2007.

paranoid_park_2Bon, je vous dois des explications, et à moi-même aussi. En fait, le geste dans son fond est tout à fait salutaire, puisque l'on soulève enfin un problème de santé publique souvent tabou, en tous cas négligé, notamment du point de vue du peu de structures offertes aux ados en mal être. Par ailleurs, avec le nouveau spot de l'INPES sur la dépression - que nombreux confrères trouvent ridicule, mais là c'est un autre débat, à voir bientôt sur Grattpap- où l'on voit ce pauvre bonhomme se traîner sur fond de musique des plus flippantes, il semblerait que l'aspect psychologique soit enfin remis au centre des préoccupations sociales et politiques. Bref, me direz-vous, plutôt du bon pour moi et mes confrères.

Oui, sauf que ce problème est bizarrement traité par les médias : en effet, si l'on y trouve moultes plaintes sur le manque de structures, de lieux d'accueil et d'écoute pour les ados en difficulté, si l'on y déplore également le manque de psychiatres et d'infirmiers, point de mention de nous, psychologues. Je vous assure, lisez l'article du Monde (copié ci-dessous), vous ne trouverez nulle part le mot "psychologue" !
A croire que nous ne sommes pas concernés, que seuls les psychiatres et leurs traitements moléculaires (que je ne remets pas en question, attention) et les infirmières ou autres agents sociaux sont les seuls acteurs à être susceptibles de parer au mal-être adolescent...
Et je ne joue pas sur les mots, malheureusement, au contraire, cet "oubli" me semble être un symbole même de l'orientation que prend notre société dans le traitement des troubles psychiques : de la chimiothérapie (qui au passage permet d'accroître la richesse phénoménale des labos pharmaceutiques), des réponses toutes faites, des questionnaires à remplir, un tableau de résultats. Mais surtout pas de temps à perdre à écouter des ados perdus, à cerner leurs problématiques et les prendre en charge sur le long terme afin de ne pas rater un mal-être plus profond et plus dangereux que les seuls symptômes laissent voir.

Comme on pourrait me taxer de parler sans terrain comme preuve, je prends ici un exemple flagrant d'une amie stagiaire psychologue en service d'addictologie d'un prestigieux hôpital parisien, dont voici un résumé d'une consultation type. "Bienvenu cher patient, nous allons vous poser quelques questions"; le médecin saisit une feuille remplie d'items et de cases à cocher et c'est parti pour un interrogatoire automatique : "vous buvez combien de bières par jour ? Question suivante : vous avez déjà tenté de vous suicider ? Question suivante : avez-vous des antécédents familiaux d'alcoolisme ? Question suivante : buvez-vous seul chez vous ou hors du foyer ?"  etc...
Et là je me demande comment peut-on se contenter simplement de lister sur une fiche des réponses à des questions qui soulèvent des enjeux tout à fait fondamentaux ? Comment peut-on demander à quelqu'un s'il a tenté de se suicider et passer de suite après à une autre question, comme s'il s'agissait d'une liste de courses au supermarché ? Mais force est de reconnaître que ces fameuses grilles d'évaluations sont très à la mode aujourd'hui dans tous les domaines, même pour le psychique, même pour l'immatériel...

Bref, ce dont pour quoi je suis actuellement formée ne répond absolument pas à cette manière de travailler, mais évidemment je sais aussi que ce n'est absolument pas dans l'air du temps et que la lutte sera rude... On préfère aujourd'hui faire des recherches pour savoir s'il n'y aurait pas un gène du suicide et ainsi tout le monde se déculpabilise;du coup, à quoi bon passer des années sur un divan si en fait, tout est neurobiologique ? A quoi bon donner un budget à des facs de psycho (de surcroît d'orientation psychanalytique) si, en fait, tout se soigne par la chimie et des traitements cognitivo-comportementalistes courts de réadaptation sociale ?

Ben oui, on a des résultats chiffrés, une efficacité prouvée, un rendement digne d'une entreprise privée. Et tant pis si deux mois après le traitement d'un phobie, le dit-patient est confronté à une mélancolie grave ou se suicide, puisque la phobie a été soignée, non ?

La Maison de Solenn-
maison des adolescents à Paris

070523_14

Malgré mon indignation, je ne voudrais néanmoins surtout pas rentrer dans le jeu stérile des castes, psychanalytiques ou autres, c'est à dire que je refuse de rejeter en bloc une orientation de façon automatique et purement idéologique et, en l'occurrence, je ne méprise nullement le travail des psychiatres, par exemple, au contraire.
A mes yeux, certains d'entre eux sont nos nouveaux éclaireurs, grâce à leur ouverture d'esprit et surtout leur soucis honnête d'aider ceux qui les consultent, par des moyens non conventionnels mais humanistes, au delà de positions sectaires immobilistes.

Parmi eux, je pense à Marcel Rufo. Oui, celui-là même que l'on critique parfois comme ne faisant que du médiatique et point de clinique... (!)
Et bien, pour vous détromper, lisez donc son dernier livre, La vie en désordre : Voyage en adolescence.Cet essai est un témoignage simple, tout à fait abordable par tout le monde, qui rend compte avec honnêteté et modestie du parcours de ce grand psychiatre : depuis ses premières confrontations à la maladie en tant qu'interne à la création de la fameuse Maison de Solenn, Marcel Rufo nous raconte ses échecs, ses erreurs, ses intuitions formidables et surtout ses initiatives originales.

9782843374753

Ce que j'aime que M. Rufo est cette foi en la vie, en l'homme et sa capacité de toujours aller de l'avant, de créer des nouvelles manières d'accompagner et d'aider les adolescents en souffrance. Spécialiste des troubles du comportement alimentaire en particulier, il a su inventer des voies audacieuses pour soutenir les adolescentes dans la reprise de contact avec leur corps : par exemple, des ateliers de moulages sont proposés, où les ados réalisent avec des bandes de plâtre des moulages de leur propre corps, permettant une prise de conscience de celui-ci. Il a également monté des ateliers de cuisine, avec le projet d'inviter de grands chefs afin de renouer avec un rapport sain au repas, dans sa dimension créative et conviviale. Autre initiative pour le moins surprenante quand on sait que les mannequins sont accusées dans leur maigreur d'inciter les adolescentes à l'anorexie, Marcel Rufo a créé un partenariat avec la Fédération Française de Prêt-à-porter féminin, afin de créer une vêtothèque, où les adolescentes peuvent se réapproprier leur corps dans sa féminité, en participant à des séances d'essayage.

La force de cet ouvrage est donc sa clarté, sa franchise et son aspect concret, fournissant de nombreuses vignettes cliniques poignantes, vivantes, qui témoignent de cette période de la vie si compliquée qu'est l'adolescence. Et c'est un auteur profondément humaniste, impliqué dans son métier avec conviction et passion que nous découvrons et qui nous aide à poser un regard différent sur ces jeunes perdus entre enfance et monde adulte, incertains et fragiles. Retenons que si ces troubles sont parfois spectaculaires, ils seront pour la plupart transitoires et ne laisseront aucune séquelle sur l'adulte que deviendra cet adolescent troublé. Il importe néanmoins de justement accompagner au mieux ces ados qui sont sur un fil, prêts à basculer d'une façon bien plus définitive et dramatique. Et les psychologues ont un grand rôle à jouer de ce coté là.

* A ce sujet, je voulais juste reproduire ici un tag vu sur les murs de Jussieu que je trouve finalement très poétique : "Temps de grève, temps de rêves"...

***********************

Article du Monde, daté du 19/11/07 :

Le "grand chantier" des "ados" en souffrance   

LE MONDE | 19.11.07 | 15h44  •  Mis à jour le 19.11.07 | 15h44

h_9_ill_944285_par2003071833579

AFP/DERRICK CEYRAC : L'espace santé jeune de l'Hôtel-Dieu, à Paris, a ouvert ses portes en 2000.

Parce que les adolescents constituent une "population vulnérable", la défenseure des enfants, Dominique Versini, a choisi de placer cet âge difficile au centre de son rapport annuel, qui sera rendu public lors de la Journée internationale des droits de l'enfant, mardi 20 novembre. "En France, les adolescents en détresse sont très nombreux, note-t-elle. Mais c'est souvent à l'occasion d'une crise (une scarification ou une tentative de suicide) que ces jeunes sont pris en charge. Il vaudrait mieux les repérer avant qu'ils passent à l'acte."

En France, le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-25 ans : tous les ans, environ 40 000 adolescents attentent à leurs jours. En dix ans, le nombre de jeunes victimes de polyaddictions (alcool, tabac, cannabis) a doublé et un adolescent sur dix prend aujourd'hui des médicaments contre le stress, l'anxiété ou l'insomnie. Le "binge drinking", qui consiste à boire jusqu'à l'ivresse totale, s'est beaucoup développé : 28 % des 15-19 ans déclarent avoir été soûls plus de quatre fois dans l'année.

Depuis le début des années 2000, les plans de santé publique, dont les adolescents étaient jadis les grands oubliés, ont pris en compte ces difficultés : grâce à ces politiques, le nombre de suicides d'adolescents est passé de près de 1 000 en 1993 à 600 en 2004. Le lancement, en 2004, des maisons des adolescents - la France en compte aujourd'hui 18 - ont abouti à la création de lieux d'accueil et les partenariats éducation nationale-santé ont permis le recrutement de 300 infirmières scolaires sur cinq ans et le développement de comités d'éducation à la santé dans les collèges et les lycées.

Pour Dominique Versini, ces efforts sont cependant insuffisants. "Il existe des lieux d'accueil mais les jeunes, souvent, l'ignorent, dit-elle. Le seul numéro national et gratuit, le Fil santé jeunes (0800-235-236), est payant à partir d'un portable, alors que les jeunes peuvent difficilement appeler de chez eux. Dans la psychiatrie publique, 800 postes de psychiatres et 15 000 postes d'infirmiers ne sont pas pourvus et les consultations médico-psychologiques sont submergées : les listes d'attente varient de trois mois à un an."

La défenseure des enfants, qui sera reçue mardi par Nicolas Sarkozy, demande l'ouverture d'un "grand chantier" sur les adolescents en souffrance. Dans son rapport, Dominique Versini, qui formule 25 recommandations, demande notamment le renforcement du dispositif médical, psychiatrique, social et éducatif, l'amélioration de l'information en direction des jeunes et de leurs familles, la multiplication des maisons des adolescents et le développement de l'accompagnement des parents.

Anne Chemin

Article paru dans l'édition du 20.11.07.

Posté par Melancholya à 13:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]